Médecin anti-âge

Soins Anti-âge

La Médecine Anti-Age?

Chez nous le terme médecine « anti-âge » signifie quelque chose de superficiel incluant surtout le côté esthétique. Même si ce dernier est important pour rester « bien dans sa peau », c’est loin d’être le seul aspect de cette médecine qui prend en compte toute la physiologie de l’individu, c’est-à-dire la façon dont il fonctionne appareil par appareil, organe par organe, fonction par fonction, contrairement à la médecine  dite classique qui attendra le développement d’une pathologie pour intervenir.

Cette médecine se veut donc préventive dans le sens où elle cherche à optimiser les performances de chacun ; d’ailleurs ceci peut s’appliquer quel que soit l’âge et quel que soit le niveau d’activité y compris chez les sportifs.

Nous allons effectuer un bilan très complet ayant des points communs avec les examens médicaux traditionnels mais dans lequel on n’y recherchera en plus certains marqueurs pouvant prédisposer le patient à développer telle ou telle pathologie ou telle ou telle dysfonction. Dans cette démarche on s’intéresse non seulement à l’apparition éventuelle d’une maladie mais surtout à corriger les faiblesses que l’on pourra découvrir au cours de ce bilan.

Voilà donc l’esprit de cette médecine qui optimise l’état de santé et qui redonne à l’organisme les éléments dont il a besoin pour bien fonctionner.

Bilan Anti-âge:

◾ Bilan hormonal
◾ Détermination de l’âge biologique
◾ Test d’Intolérance Alimentaire
◾ Test aux Neuromédiataurs
◾ Bilan Oxydatif
◾ Bilan du Risque Cardio-Vasculaire
◾ Régulation du poids
◾ Tabacologie
◾ Gestion du Stress
◾ Nutrition
◾ Micro-nutrition
◾ Médecine Régénérative

Hormonologie:

L’Hormonologie est une part importante de la Médecine Anti-Age car nous vieillissons principalement par le déclin de nos principales hormones.

Il ne s’agit pas, en l’occurrence d’aborder l’hormonologie comme un dopage, mais de maintenir ou de ramener les taux hormonaux aux doses physiologiques d’un corps en pleine possession de ses moyens.

Dans la continuité des leaders mondiaux en hormonologie (Dr R. Klatz (USA), Dr Th. Herthogue (Belgique), Dr Cl. Dalle (France)), je m’efforce de pratiquer une prévention naturelle du déclin hormonal, prudente et raisonnée, basée sur l’examen clinique et la symptomatologie décrite par chaque cas particulier, utilisant soit des hormones terminales, soit des pro hormones, soit des boosters hormonaux naturels, avec des résultats remarquables sur des plaintes aussi différentes que l’état de fatigue, la prise de masse grasse ou les troubles du sommeil chroniques.

Nutrition:

La nutrition est une part importante de la Médecine Anti-Age car nous sommes ce que nous mangeons.

Il y a plusieurs manières d’aborder la nutrition:

◾ L’équilibre calorique
◾ L’équilibre macro-nutrtionnel (le bon rapport entre glucides, lipides et proteines)
◾ L’équilibre micro-nutritionnel (recherche de déficit en micro nutriments)
◾ L’équilibre acide-base (suivant la catégorie d’aliments ingérés)
◾ L’équilibre chronobiologique (l’absorption des nutriments est optimisée suivant les rythmes de la journée)
◾ L’équilibre sensoriel (distinguer la faim du besoin de manger, être à l’écoute de ses besoins)

Il est important que chacun puisse trouver son ou ses points de déséquilibre et y remédie afin de, non seulement atteindre et garder un poids physiologique, mais aussi de tirer tout le bénéfice attendu sur le plan physique et psychique d’une alimentation adaptée.

Ce que l’on peur raisonnablement attendre de la Nutrition:

◾ Retrouver ou garder un poids d’équilibre
◾ Retrouver ou garder une bonne énergie
◾ Retrouver ou garder un sommeil de qualité
◾ Restaurer ou garder son capital santé

Micro-Nutrition:

La micronutrition étudie l’impact des micronutriments (vitamines, oligo-éléments) sur la santé.

Les aliments que nous ingérons apportent:

◾ Des macronutriments (protéines, glucides, lipides) qui fournissent les calories et donc l’énergie.
◾ Des micronutriments (vitamines, oligo-éléments) qui agissent comme cofacteurs ou catalyseurs de réactions chimiques de l’organisme.

Les micronutriments ne peuvent pas être fabriqués par l’organisme et doivent impérativement être apportés par une alimentation variée, équilibrée et de bonne qualité.

Ces micronutriments sont donc indispensables à la bonne assimilation, à la bonne transformation, à la bonne utilisation des macronutriments.

L’alimentation, si elle est propre et saine, est de plus en plus pauvre en micronutriments car les méthodes de culture (utilisation de pesticides, insecticides), les méthodes d’extraction des aliments (raffinage), les méthodes de cuisson (micro-ondes, friture, cuisson à l’eau), de conservation (conserves, ionisation) détruisent ces micronutriments.

Une alternative possible est de prendre des compléments nutritionnels. Mais la prise de ces compléments n’est pas anodine. Il existe des contre-indications et des précautions à prendre car certaines associations peuvent être dangereuses, c’est pourquoi la supplémentation doit se faire sous surveillance médicale et à bon escient.

La micro-nutrition trouve toute son application dans plusieurs spécialités médicales:

◾ En cardiologie dans la prévention des maladies cardiovasculaires qui sont la 1re cause de mortalité dans nos pays industrialisés.

◾ En rhumatologie dans la prévention et le traitement de pathologies dégénératives.

◾ Dans les maladies du tube digestif (syndrome du colon irritable, malabsorption, pathologie inflammatoire, leaky-gut syndrome (intestin perméable).

◾ Dans les maladies auto-immunes (diabète, dysthyroïdie).

◾ Dans la prévention du vieillissement en luttant contre l’attaque des radicaux libres.

◾ En médecine générale dans la prise en charge des états de fatigue chronique, troubles du sommeil, de l’humeur, douleurs diffuses, baisse de l’immunité…

Le Dr Bompard est membre de la SOFMMAA et a été président de l’IEP (institut européen de physionutrition) durant 2 ans.

La micronutrition s’inscrit dans le programme National Nutrition Santé lancé en 2001, sous l’égide du Ministre délégué à la Santé qui considère la mise en place d’une politique nutritionnelle comme une priorité de santé publique en France.

| Nutrition | Rééquilibrer |